Vu de l’étranger.Municipales 2020 : les villes de France englouties par la “vague verte »

Le second tour des élections municipales, ce dimanche 28 juin, a été marqué par un taux d’abstention historique à 59 %, le gain de Perpignan par l’extrême-droite, et la confirmation de la poussée verte dans les grandes villes, note la presse étrangère.

“Vague verte en France” : le quotidien suisse Le Temps titre sur les bons résultats d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), qui, à 21 heures ce dimanche 28 juin, ravissait plusieurs villes de France pour ce second tour des élections municipales.

La poussée écologiste s’est confirmée à Lyon, où Grégory Doucet (EELV) s’est imposé avec plus de 50 % des voix selon les premières estimations. Les Verts étaient également en ballottage très favorables à Strasbourg, Besançon, Poitiers et Bordeaux – bastion d’Alain Juppé et de la droite –, d’après les résultats publiés dès 20 heures.

À Lille aussi, les écologistes, derrière le candidat Stéphane Baly, étaient en bonne voie, dimanche 28 juin au soir, pour vaincre la maire historique de cette métropole du nord de la France, Martine Aubry. Mais cette dernière, bien que les résultats soient très serrés, aurait finalement gagné sur le fil.

Perpignan aux mains de l’extrême droite

À Perpignan – 120 000 habitants – le candidat proche du Rassemblement national, Louis Aliot, a ravi la mairie à Jean-Marc Pujol (Les Républicains). Cette victoire apporte “au parti de Marine Le Pen ce qui lui manquait en France : [une] ville de plus de 100 000 habitants” qui est désormais “la métropole la plus importante aux mains de l’extrême droite”, précise Le Temps.

Le journal espagnol El País note de son côté que le Premier ministre Édouard Philippe l’emporte au Havre, avec près de 59 % des voix. Ce succès confirme les récents sondages où la popularité du Premier ministre a été “renforcée par la gestion de la crise du Covid-19”.

Sans surprise, la maire sortante de Paris, Anne Hidalgo, s’est largement imposée (près de 50 % des voix) devant ses concurrentes Rachida Dati (LR, 33,8 %) et Agnès Buzyn (LREM, 13,3 %).

“Très faible participation”

Ce second tour des élections municipales a été marqué par un taux d’abstention record : à 17 heures, la participation était de 34,67 %, selon le ministère de l’Intérieur. À la même heure au premier tour, ce taux était de 38,8 %. Lors des élections municipales de 2014, la participation s’élevait à 52,4 % au deuxième tour.

Cette forte abstention s’explique en grande partie par la crise liée au coronavirus. Pour Le Temps :

“La très faible participation de 40 % à ce scrutin municipal d’ordinaire très populaire en France prouve que l’organisation controversée de ce vote le 28 juin – au lieu d’un report en septembre, voire janvier 2021 – était bien un terrain miné pour la majorité présidentielle.”

Initialement fixé au 22 mars, le second tour des municipales a été reporté à ce dimanche 28 juin par le gouvernement en raison du confinement. Au total, près de 16 millions d’électeurs étaient appelés à se prononcer aux urnes pour élire quelque 4 800 maires. Près de 30 000 maires avaient été élus ou réélus le 15 mars dernier, lors du premier tour.

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.