Télétravail: Les Canaries veulent attirer 30 000 travailleurs à distance

Alors que la crise sanitaire a généralisé le télétravail, les îles Canaries misent sur cette pratique désormais entrée dans les mœurs pour soutenir l’économie locale entre deux saisons touristiques.

Selon BBVA Research, les îles Canaries pourraient être, après les Baléares, la région la plus durement touchée en Espagne par les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus. La région a jusqu’à présent le taux d’incidence le plus bas du pays (37 cas positifs sur 100 000 habitants contre une moyenne nationale de 236 cas positifs), mais le secteur du tourisme a vu ses espoirs de reprise rapide anéantis par la deuxième vague de contaminations en Europe.

D’où la campagne que vient de lancer le gouvernement régional afin d’attirer des travailleurs à distance, explique El Pais :

Les Canaries ne doivent plus être seulement une destination touristique. Le gouvernement régional a décidé d’investir 500 000 euros dans une campagne visant à attirer les travailleurs à domicile espagnols et internationaux pour des séjours de longue durée.”

“Attirer des gens est plus facile qu’attirer des entreprises”

“Avant la pandémie, ce créneau commercial existait à peine”, reconnaît Nacho Rodríguez, propriétaire de plusieurs espaces de coworking. Mais la crise sanitaire a tout changé. Alors que le taux d’occupation des hôtels est sans doute tombé au-dessous de 10 %, le télétravail apparaît désormais comme un créneau porteur, susceptible de soutenir à l’avenir l’économie locale entre deux saisons touristiques. “Les travailleurs qualifiés que nous visons – essentiellement ceux du secteur technologique – ont un pouvoir d’achat nettement plus élevé que le touriste moyen et ils sont susceptibles de dépenser beaucoup plus sur place – et cela sans avoir l’impact du tourisme de masse”, explique Nacho Rodríguez.

La demande d’espaces de bureau partagés a déjà augmenté de façon exponentielle. Selon les estimations de la Canary Collaborative Spaces Association (ACEC), il y a actuellement dans l’archipel quatre-vingt-dix espaces de coworking avec une capacité moyenne d’accueil d’une vingtaine de travailleurs à distance. “Attirer des gens reste plus facile qu’attirer des entreprises”, souligne Nacho Rodríguez.

Outre le climat et les plages, les Canaries bénéficient de quelques atouts majeurs : la qualité de vie, la proximité relative avec les principales métropoles européennes et – last but not least – l’un des coûts de la vie les plus bas de l’Union européenne. “Si une destination est capable d’attirer 5 000 télétravailleurs, il en viendra probablement 5 000 de plus parce qu’il y aura des activités, des événements, des réseaux de contacts”, ajoute Nacho Rodríguez.

Source: El Pais

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.