Qui roule pour Trump?

Quels pays auraient intérêt à voir Donald Trump au pouvoir 4 ans supplémentaires.

Invité : Alain Frachon, éditorialiste – Le Monde

Au sommaire:

– A l’étranger, qui est le plus favorable au président Trump ?

– Alain Frachon: « Trump est un autocrate contrarié »

– Les trolls russes de retour dans la campagne présidentielle américaine

– Alain Frachon: « Quatre ans de Trump ont abîmé les institutions de la démocratie américaine »

– Joe Biden, l’anti-Trump, entretien avec la journaliste Sonia Dridi

– En 1960, John F. Kennedy accusé d’être à la solde du Vatican

Le président américain n’a jamais caché une certaine admiration pour les hommes politiques forts, comme Vladimir Poutine, Kim Jong-Un ou encore Mohammed Ben Salman. Des dirigeants qui auraient tout intérêt à le voir réélu le 3 novembre prochain.

Donald Trump apprécie le « type de leadership qu’incarne Vladimir Poutine », analyse Alain Frachon, éditorialiste au journal Le Monde et invité de Géopolitis. « C’est un leadership qui n’est pas embarrassé par les formes de la démocratie telle qu’elle fonctionne ici, avec des pouvoirs, des contre-pouvoirs, des agences ou des services publics indépendants de la couleur de l’exécutif. » Cet ancien correspondant aux États-Unis va même plus loin en soutenant que « Donald Trump est un autocrate contrarié, alors que Vladimir Poutine est un autocrate au plein sens du terme »

. Donald Trump a aussi de fidèles soutiens. En reconnaissant Jérusalem comme capitale de l’État juif et en y déménageant l’ambassade américaine, le président s’est assuré du soutien indéfectible d’Israël et de son Premier ministre, Benyamin Netanyahou.

L’Arabie saoudite aurait aussi tout intérêt à voir Donald Trump réélu. Son rival dans la présidentielle, Joe Biden, a déjà annoncé qu’il allait réévaluer les relations avec le royaume s’il est élu. Il pourrait se montrer plus critique envers la guerre menée par Riyad au Yémen. Donald Trump veut aussi resserrer ses liens avec l’Inde, un allié stratégique dans sa politique de confrontation avec Pékin.

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.