Procès Lamine Diack : Un lourd réquisitoire de l’avocat de l’Iaaf contre les Diack

Une peine de 4 années de prison en plus d’une amende de 500.000 d’euros ! C’est ce que risque le Sénégalais Lamine Diack, ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (Iaaf, en anglais). Et pour cause, le parquet national financier a fait ce réquisitoire lors de son procès pour corruption sur fond de dopage en Russie.

Auparavant, l’Iaaf avait, par le biais de son avocat, Me Régis Bergonzi, réclamé au nom de la fédération internationale d’athlétisme (l’ex-IAAF, rebaptisée WorldAthletics) un total de 41,2 millions d’euros (27 milliards de FCFA) de dommages et intérêts aux six co-prévenus (Lamine Diack, Habib Cissé, Gabriel Dollé, et les trois absents Papa Massata Diack, Valentin Balakhnichev et Alexeï Melnikov).

C’est un euphémisme de dire que les réquisitoires contre l’ancien président de l’Iaaf ont été très sévères. Dans sa plaidoirie, l’avocat de l’instance faîtière de l’athlétisme mondial n’a pas mâché ses mots, pour charger Lamine Diack et son fils. « Votre nom rime avec le détournement et la corruption un peu partout dans le monde. On ne parle que de ça à Monaco, à Moscou, à Doha, à Daegu, à Tokyo, à Taiwan et à Singapour. Vous avez fait beaucoup de mal à l’athlétisme ». Loin de s’en arrêter là, Me Regis Bergonzi ajoute : « vous avez favorisé le népotisme à l’Iaaf. J’espère que votre fils comparaîtra un jour et s’expliquera devant la justice ». A rappeler que le Conseil de l’Iaaf a déploré dès l’entame de sa plaidoirie, a déploré le dit-il, le manque de coopération du Sénégal.

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.