« Personne ne m’aime » : Trump s’interroge sur sa popularité en pleine crise du coronavirus

Le ton présidentiel n’aura duré que quelques jours: Donald Trump a une nouvelle fois envoyé des signaux contradictoires et confus mardi sur le Covid-19, vantant l’hydroxychloroquine et se posant en victime de critiques injustes sur sa gestion de la pandémie.

Au cours d’une conférence de presse donnée mardi, Donald Trump a comparé sa popularité à celle du Dr Anthony Fauci, expert en maladies infectieuses.

Trump a d’abord déclaré apprécier le fait que l’expert soit populaire. Il a ensuite demandé au journaliste ayant posé la question de se rappeler que ce dernier travaille pour son administration. « Dans la plupart des cas, ajoute-t-il, nous avons fait ce que lui et d’autres experts nous ont recommandé ».

Pour rappel, début juillet, Donald Trump avait insisté sur le fait que les Etats-Unis étaient « en bonne position » par rapport à la situation épidémiologique et avait également admis qu’il n’avait pas écouté ses experts et leurs recommandations.

Une très bonne relation

Trump a ensuite vanté la « très bonne » relation entretenue avec l’expert, avant de s’étonner du fait que celui-ci profite d’une cote de popularité bien plus élevée que lui, ou son administration. Le Dr Birx semble également être plus populaire auprès du public que le président. « Ils sont très estimés, mais personne ne m’aime ? Cela ne peut être que ma personnalité, c’est tout », a-t-il conclu.

Fortement critiqué ce début de semaine, le Dr Anthony Fauci s’était défendu la veille d’avoir trompé le public américain sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine. Donald Trump a également retweeté plusieurs messages appuyant cette théorie, ainsi que des messages vantant l’efficacité de la chloroquine, critiquant directement l’expert et le qualifiant de « fraude ». Twitter a depuis supprimé certains de ces tweets.

Dans une émission américaine, Fauci a déclaré ne pas lire ce qui était publié sur Twitter. « Je continuerai simplement à faire mon travail, peu importe ce qui en sortira », a-t-il ajouté. Il s’est également défendu d’avoir induit le public américain en erreur.

Depuis le début de la pandémie, les Etats-Unis sont pointés du doigts pour leur mauvaise gestion de la crise. Ce mardi, les Etats-Unis ont accusé le plus lourd bilan journalier des décès liés au coronavirus depuis plus de deux mois, avec près de 1.600 morts.

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.