Nouvelle vague de coronavirus en Chine: faut-il vraiment s’en inquiéter?

Alors que la Chine avait largement endigué le coronavirus depuis plusieurs semaines, la découverte d’une centaine de cas en cinq jours fait peur. Les spécialistes, eux, se veulent plus rassurants.

Encore 31 nouvelles contamination ces dernières 24 heures à Pékin. Cela fait quatre jours que les autorités sanitaires chinoises sont engagés dans une course contre-la-montre face à un regain de contagion. Tout serait parti d’un marché de gros, le marché de Xinfadi, l’équivalent du marché de Rungis en Ile-de-France.

Le coronavirus y a été repéré en fin de semaine dernière notamment sur des planches à découper du saumon. Depuis d’autres marchés ont été fermés. Les autorités parlent de quasiment 200 nouveaux cas depuis une semaine: une trentaine de zones résidentielles sont déjà placés en quarantaine, toutes les écoles ont été refermées en urgence et quelques 21 millions d’habitants ont été appelé à éviter les voyages  » non essentiels » en dehors de la ville.

Les deux aéroports de Pékin ont annulé mercredi plus d’un millier de vols. L’autre mégalopole chinoise, Shanghai, impose, elle, une quarantaine pour tous les voyageurs considérés à « haut risque ».

Est-ce que c’est inquiétant?

Si Pékin n’avait plus découvert aucune contamination depuis deux mois et la vie avait repris un cours quasi normal, la Chine, où l’épidémie est apparue fin 2019, n’a pas plus fait état de morts du Covid-19 depuis la mi-mai. 

Cette résurgence d’une centaine de cas en cinq jours fait peur. Mais pourtant, les spécialistes restent sereins. Selon eux c’est la conséquence de la multiplication des tests: Pékin a augmenté ses capacités à 90.000 tests par jour.

Comme l’indiquait Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, sur RMC: « Lorsqu’on cherche, on trouve ». Ce serait donc la preuve qu’on est en mesure, en Chine comme en Europe, de détecter les foyers de contamination. Et donc de les maîtriser.

Les experts expliquent par ailleurs que la dangerosité de la maladie se traduit en termes de décès… et qu’on n’observe pas d’augmentation de la mortalité pour le moment. 

Mardi, la France a enregistré 38 décès supplémentaires liés au Covid-19 dans les dernières 24 heures dans les hôpitaux et le nombre de cas graves nécessitant une hospitalisation en réanimation continue de baisser, selon un bilan communiqué mardi par la Direction générale de la Santé (DGS). En tout, 820 malades sont encore atteints d’une forme sévère de Covid-19. 

Au niveau mondial, au moins 8 millions de cas d’infection parmi lesquels 438.250 décès ont été comptabilisés au total, notamment en Europe, continent le plus touché avec plus de 2,4 millions de cas – et 188.349 morts – et aux Etats-Unis, qui comptent le plus grand nombre de cas diagnostiqués (plus de 2,1 millions) et de décès, selon un comptage réalisé mardi par l’AFP à partir de sources officielles.

BFM

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.