F1 : VAINQUEUR DU GRAND PRIX DE TURQUIE, LEWIS HAMILTON ÉGALE MICHAEL SCHUMACHER AVEC UN 7E TITRE DE CHAMPION DU MONDE

Au septième ciel. Vainqueur d’un Grand Prix de Turquie mouvementé, Lewis Hamilton a décroché, ce dimanche, le 7e titre de champion du monde de sa carrière et égalé le mythique record de Michael Schumacher pour entrer encore un peu plus dans l’histoire de la Formule 1.

«A tous les enfants, croyez en vos rêves. Même quand tout le monde pense que c’est impossible, vous pouvez le faire». Au moment de franchir la ligne d’arrivée sur l’Istanbul Park, Lewis Hamilton ne pouvait pas mieux résumer l’incroyable exploit qu’il venait de réaliser. Le record du Kaiser Schumacher a longtemps semblé inaccessible. Même le Britannique ne pensait pas pouvoir rejoindre un jour le Baron Rouge dans la légende de la catégorie reine du sport automobile.

Mais au volant de sa Mercedes ultra-dominatrice, il a repoussé toutes les limites et battu dans un premier temps les records de victoires (94 contre 91), de podiums (163 contre 155) et de pole positions (97 contre 68) de «Schumi» avant de conquérir cette 7e couronne mondiale et s’installer au sommet de l’histoire de la F1 en compagnie de l’ancien pilote Ferrari.

Et ce sacre, le désormais septuple champions du monde a été le chercher avec tout le talent qui le caractérise. Seulement en 6e position sur la grille de départ, et en manque de performance avec volant de sa Flèche d’Argent sur un tracé humide, il a connu un départ plus que compliqué. Mais comme souvent, et alors que la piste s’est asséchée au fil des tours, il a su trouver les ressources et la bonne stratégie pour doubler la concurrence et signer la 94e victoire de sa carrière. La marque d’un grand champion. «De toutes mes courses, c’est une de celles dont je suis le plus fier», a-t-il confié sur le podium.

Lui qui n’avait déjà pu cacher son émotion et ses larmes au moment de sortir de sa monoplace. «Je rêve de ça depuis que je suis gamin, et ça va même au-delà de tous mes rêves. Une fois encore, ne laissez jamais personne vous dire que vos objectifs sont impossibles à atteindre, il ne faut jamais douter de soi», a-t-il déclaré la voix tremblotante et les yeux embués.

Va-t-il désormais tenter d’aller décrocher un 8e sacre ? En fin de contrat avec Mercedes, le pilote britannique laisse planer le doute sur son avenir. A bientôt 36 ans, il ne ferme aucune porte, alors que les négociations pour prolonger son contrat n’ont pas encore commencé. Les deux parties ont préféré attendre que les titres constructeurs et pilotes soient décernés avant d’entamer les discussions. C’est désormais chose faite. Il ne reste plus qu’à s’assoir autour d’une table…

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.