F1 : CALENDRIER RÉDUIT, HUIS CLOS, RECORD, HAMILTON… LE TOP DÉPART D’UNE SAISON PAS COMME LES AUTRES

La formule 1 reprend ses droits ce week-end

La Formule 1 va enfin enclencher la première. Au point mort pendant trois mois et demi en raison de la pandémie de coronavirus, les monoplaces s’apprêtent à rugir, à partir de ce dimanche 5 juillet, sur le Red Bull Ring de Spielberg en Autriche pour le top départ d’une saison pas comme les autres.

Et c’est même un drôle d’anniversaire qui attend la catégorie reine des sports automobiles pour ses 70 ans entre calendrier réduit, huis clos et plusieurs courses sur un même circuit. Pour l’heure, seulement 8 Grands Prix sont au programme. Tous en Europe (Autriche, Hongrie, Grande-Bretagne, Espagne, Belgique, Italie), avec des mesures sanitaires très strictes et surtout sans le moindre spectateur. Du jamais vu dans l’Histoire de la F1. Mais le promoteur du Championnat ne désespère pas de pouvoir organiser une dizaine d’épreuves hors du Vieux Continent et avec du public d’ici à la fin de saison mi-décembre à Abou Dhabi.

Cela permettrait d’avoir une saison un peu plus consistante et une lutte pour la couronne mondiale plus passionnante. Et dans cette perspective, tous les regards seront encore tournés vers Lewis Hamilton. Sextuple champion du monde et triple tenant du titre, le Britannique, qui a dominé les essais de pré-saison en février, se présentera au volant de sa Mercedes comme le grand favori à sa succession avec dans son viseur le record de sept sacres de Michael Schumacher.

Même s’il n’en fait pas une fixation. «J’ai toujours dit que d’atteindre le record de Michael n’est pas un objectif. Je ne suis pas versé dans les records et ce genre de choses. J’ai longtemps pensé que c’était très loin et maintenant, même si c’est très proche, cela me semble toujours très loin», avait-il déclaré en novembre au moment de son couronnement.

Ces déclarations n’enlèvent rien à sa motivation et sa soif de victoires. A 35 ans, Lewis Hamilton reste déterminé à demeurer au sommet de son sport, surtout dans le contexte actuel entre la pandémie et la lutte contre le racisme dans laquelle il s’est impliqué avec de multiples prises de position. «C’est une année tellement monumentale dans le sens où vous avez cette pandémie qui est toujours très présente et que nous combattons, et aussi, sur un plan plus personnel, le mouvement Black Lives Matter et la lutte pour la justice et l’égalité», a déclaré Hamilton, premier pilote noir de l’histoire de la F1. «Donc oui, remporter le titre mondial pendant cette période serait, je crois, encore plus important qu’avant», a-t-il ajouté.

Mais il devra se méfier de la concurrence incarnée par de jeunes loups aux dents longues. A l’image de Charles Leclerc devenu le leader de Ferrari avant le départ programmé de Sebastian Vettel en fin de saison. Vainqueur à Spa et à Monza l’année dernière et auteur de sept poles pour sa première saison au sein de la Scuderia, le Monégasque, qui a été prolongé jusqu’en 2024, incarne l’avenir de l’écurie italienne, en quête d’un titre pilote depuis 2007 et constructeurs depuis 2008. Une éternité ! Reste à savoir s’il aura une voiture suffisamment compétitive pour mettre un terme à cette si longue attente. Rien n’est moins sûr au regard des performances pendant les essais de pré-saison. «Ce sera une saison compliquée pour nous. Je suis persuadé à 99 % qu’elle sera plus difficile que celle de l’an passé», a-t-il d’ailleurs lancé à son arrivée en Autriche.

Cnews

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.