ENTRE LES VAGUES DE CHALEUR ET LES INCENDIES, LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE AMÉRICAIN VACILLE

La Californie, cinquième puissance économique mondiale, dévastée par les incendies et les températures extrêmes, s’habitue à être plongée, par intermittence, dans le noir. Le réseau d’électricien de l’ouest américain a dû mal à résister aux impacts du changement climatique. Les opérateurs sont accusés de n’avoir pas entretenu le réseau ni prévenu les feux, sécheresses, inondations, etc., qui frappent le territoire. Le cas de l’électricien PG&E, responsable du départ de méga-feux à cause de lignes vétustes, est devenu un symbole. 

C’était en février dernier. Un vortex polaire s’abattait sur plusieurs États, dont le Texas, avec des températures atteignant les -9°C par endroits, mettant à genoux tout le système électrique texan. Des milliers d’éoliennes et des dizaines de centrales à gaz avaient littéralement gelé, privant des millions de foyers d’électricité. Moins de six mois plus tard, ce sont les vagues de chaleur extrême qui montrent à quel point le réseau électrique américain n’est pas adapté aux phénomènes météorologiques intensifiés par le changement climatique. 

Dans l’Oregon, à Portland, les températures ont atteint 39°C la semaine dernière alors que le territoire connaît depuis plus d’un mois une vague de chaleur. L’État voisin, la Californie, qui connaît sa pire sécheresse depuis 1977, suffoque également sous des températures extrêmes. Le territoire est ravagé par d’immenses feux qui poussent certains opérateurs à des coupures préventives d’électricité. Caiso, l’opérateur qui gère le réseau électrique de l’État, a demandé aux habitants, à de multiples reprises, de débrancher les appareils inutilisés, d’éteindre les lumières non nécessaires et de ralentir l’utilisation de leur climatisation. Le but est d’éviter de surcharger le réseau électrique de l’État.

Défaillances des opérateurs

C’est la sixième fois, depuis le début de l’été, que les 39 millions de Californiens sont appelés à économiser l’électricité ou à pratiquer des coupures de courant volontaire. Pour le New York Times, les opérateurs électriques et les régulateurs ne se sont pas suffisamment préparés aux impacts du changement climatique. Or, aujourd’hui, ces derniers se matérialisent de façon dramatique. Citant une étude de la Columbia Law School et de l’Environmental Defense Fund, le journal américain écrit : « À de rares exceptions près, la plupart des fournisseurs d’électricité du pays ne mènent toujours pas d’études climatiques détaillées qui leur permettraient de comprendre la manière dont la chaleur accrue, la sécheresse, les incendies de forêt ou les inondations peuvent ravager leurs réseaux électriques ».

L’exemple de la société Pacific Gas and Electric (PG &E) est en ce sens un symbole de ces défaillances. Le fournisseur est accusé d’avoir déclenché un véritable brasier dans l’État, le Dixie Fire. Un arbre serait tombé sur une de ses lignes électriques. Or c’est déjà ce fournisseur d’électricité qui avait plaidé coupable d’avoir causé l’incendie le plus meurtrier de l’histoire récente de Californie, à cause de lignes défectueuses, tout proche de là où le Dixie Fire fait des ravages. Le Camp Fire avait presque rayé de la carte la petite ville de Paradise et tué 86 personnes.

Augmentation du prix de l’électricité 

Pour renforcer la sécurité, PG&E a annoncé en grande pompe cette semaine son intention d’enterrer plus de 16 000 kilomètres de lignes électriques sur les dix prochaines années, afin d’éviter que ses installations ne provoquent d’autres départs de feux. Le gouverneur de l’État Gavin Newsom qui avait déjà accusé l’opérateur de « cupidité et de mauvaise gestion » a exigé cette semaine que PG&E et d’autres fournisseurs « rendent des comptes » et investissent dans leur stratégie d’élimination des incendies. 

Pour financer la protection contre les incendies, PG&E a demandé aux régulateurs de l’État d’augmenter le tarif de l’électricité. La facture pourrait enregistrer une hausse de 430 dollars par an pour les clients entre 2023 et 2026. Dans un communiqué, le gouverneur de Californie a dévoilé un plan d’urgence pour augmenter la fiabilité du réseau électrique. Il prévoit notamment d’augmenter la part du solaire et de renforcer la résilience du réseau en rendant les lignes de transmission et de distribution plus résistantes au feu. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec afp

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.