Employé comme femme de ménage: Elisabeth Diandy vole les 5 millions du couple de retraités de 73 et 70 ans, méne la belle vie avec son mari et les nargue

Pour des faits de vol avec usage de fausses clés au préjudice de l’employeur et recel, Elisabeth Diandy et son mari Lys Gomis ont été jugés hier devant la barre des flagrants délits de Dakar. Ils risquent respectivement 3 mois et 6 mois de prison ferme. Ils seront fixés sur leur sort mardi prochain.


De la pitié, Elisabeth Diandy n’en a pas. Cette mère de famille, au lieu d’aider les époux retraités Téné Mara Badiane (70 ans) et Alioune Badiane (73 ans), vu  leur âge avancé, n’a pas eu honte de les rouler dans la farine. Résidant à Nord-Foire, le vieux couple avait engagé Elisabeth Diandy comme femme de ménage, à charge pour elle de nettoyer les lieux excepté la chambre du couple. Hélas, même si l’interdiction d’accéder à cette chambre lui a été faite, la prévenue, on ne sait par quel moyen, s’est débrouillée à voler la somme de 5.015.000 F Cfa que le couple y avait gardée. Cependant, après ce cambriolage qu’ils ont subi, tous les soupçons étaient tournés vers leur bonne, Elisabeth. Car, celle-ci avait complètement changé de train de vie. Baignant dans un luxe insolent qu’elle n’avait pas auparavant, elle s’est permis de s’acheter un nouveau portable, notamment un IPhone. Mieux encore, son époux Lys Gomis s’est payé une moto pour ses activités de plomberie. Et lorsqu’une plainte a été déposée à la brigade de la Foire, Elisabeth a été convoquée et entendue.

Elisabeth Diandy : «je n’ai pas volé 5 millions, j’ai volé 3 millions»



Pressée de questions, elle a reconnu avoir subtilisé une partie de l’argent qu’elle a dilapidé. Avant d’impliquer son conjoint dans son entreprise délictuelle. Elisabeth Diandy et son époux Lys Ndarombouthe Gomis ont fini par être inculpés respectivement pour des faits de vol avec usage de fausses clés au préjudice de l’employeur et recel. Ce qu’ils ont contesté, hier, devant le juge des flagrants délits de Dakar. Mère de 2 enfants, Elisabeth Diandy n’a reconnu qu’avoir volé une partie des fonds du couple retraité, même si ces derniers allèguent un préjudice de plus de 5 millions F Cfa. «J’ai volé les 3 millions en une journée. Ce n’est pas 5 millions comme le soutient la dame. Je sais le montant que j’ai subtilisé et c’est ce que je vous ai déclaré M. le juge», a expliqué la prévenue qui avait à la police soutenu avoir volé la somme de 1 million une première fois et une somme de 2 millions un autre jour. Ce qu’elle a nié à la barre lorsqu’on lui a rappelé ses déclarations. «Ce que j’ai dit à la police n’est pas conforme avec les consignations des enquêteurs sur procès-verbal», a-t-elle rétorqué pour se dédouaner.

Lys Gomis, le mari : «je lui avais conseillé de ne pas reconnaître le vol parce que je l’aime et en plus elle est la mère de mes enfants»


Plombier de son état, son conjoint Lys Ndarombouthe Gomis a reconnu avoir reçu une partie du butin. Mais, ce qu’il réfute, c’est le délit de recel qu’on lui a collé sur le dos. «Mon épouse m’a remis une partie de l’argent. Mais, elle m’a auparavant révélé avoir ramassé une enveloppe de 1 million. Mais, avant cela, j’ai constaté qu’elle avait changé la manière dont elle dépensait puisqu’elle s’était acheté un nouveau portable. Mais, avant qu’elle ne me révèle avoir ramassé une enveloppe, il ne restait que la somme de 700.000 F Cfa de l’argent. Il s’y ajoute qu’elle m’a remis une partie avec laquelle j’ai acheté une moto estimée à 500.000 F Cfa. C’est le jour de sa convocation qu’elle m’a avoué le forfait qu’elle venait de commettre. Ce que j’ignorais d’ailleurs», a conté le mari. Et pourtant, lorsqu’il a été auditionné sur l’origine de cet engin, vu qu’il se rendait à pied au travail, il avait dit avoir gagné un marché. Et que c’était avec cet argent qu’il s’est acheté la moto. Invité à s’expliquer sur les raisons pour lesquelles il n’a pas voulu dénoncer sa femme, Gomis raconte : «je lui avais conseillé de ne pas reconnaître le vol parce que je l’aime et en plus elle est la mère de mes enfants. Et c’est pour ça que j’ai voulu la protéger».

Le procureur réprimande le mari

Malheureusement pour lui, il s’est attiré les foudres du procureur qui l’a sévèrement réprimandé. «C’est toi le plus grand voleur ! C’est toi le responsable ! En cette période de conjoncture personne n’égare une enveloppe d’une valeur de 1 million. C’est toi qui devais lui demander de retourner cet argent», lui assène le représentant du procureur.


Téné Mara Badiane , 70 ans : «elle a violé notre intimité. Elle a fouillé notre chambre. Elle n’a pas eu pitié de nous…»



Âgée de 70 ans, la patronne d’Elisabeth Diandy, Téné Mara Badiane, est revenue d’une voix tremblante sur les circonstances de son cambriolage. «Mon époux et moi sommes des retraités qui vivons tranquillement dans notre maison à Nord-Foire. C’est une somme de 5.015.000 F Cfa que j’ai repartie pour mes dépenses etc. Elle nous a laissé la somme de 1.980.000 F Cfa», a fait constater la vieille. Avant de poursuivre en gesticulant : «elle a ouvert notre chambre et violé notre intimité. Elle a fouillé notre chambre. Elle nous a nargués verbalement et sur les vocaux qu’elle nous a envoyés. Elle n’a pas eu pitié de nous, alors que nous sommes des retraités qui vivent tranquillement dans notre demeure».

Alioune Badiane, 73 ans : «quelle que soit la bonne que nous avons, je lui dis que notre chambre ne fait pas partie du ménage»

Son mari de 73 ans, Alioune Badiane, d’ajouter : «quelle que soit la bonne que nous avons, je lui dis que notre chambre ne fait pas partie du ménage. À cela il s’ajoute qu’on leur interdit l’accès. Premièrement, nous avons égaré notre clé et lorsque je le lui ai demandé, elle m’a ouvertement dit l’avoir trouvée et jetée puisqu’elle croyait que c’était une vielle clé. Mais, à notre grande surprise, un mois plus tard, elle nous remet la clé qui était supposée jetée. Elle dit l’avoir retrouvée sous le tapis du salon. C’est après avoir constaté le vol que nous avons saisi la gendarmerie de la Foire».

La partie civile réclame 7 millions


Avocat des époux retraités, Me Baldé a réclamé au couple voleur la somme de 7 millions F Cfa pour toutes causes de préjudice confondues. En outre, la robe noire a demandé au tribunal d’ordonner au profit des parties civiles la restitution des scellés parce que, selon lui, il s’agit du produit issu du cambriolage, à savoir les 500.000 qui restaient du butin, la moto ainsi que les téléphones portables. Le procureur a requis respectivement 6 mois et 3 mois ferme de prison pour Lys Gomis et son épouse, Elisabeth Diandy. Assurant la défense de ces derniers, Me Abdou Aziz Djigo a demandé une application bienveillante de la loi contre Elisabeth et une peine assortie du sursis contre l’époux. «S’il avait su que son épouse avait piqué l’argent, les choses n’allaient jamais se dérouler ainsi. Il faut la condamner à payer les 3 millions qu’elle a reconnus», a plaidé le conseil. Après les plaidoiries, le tribunal a fixé le délibéré à mardi prochain, 17 août.


 Source: LES ECHOS

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.