El Hadji Malick Mbaye sur la lutte contre le Covid-19 : «Nous invitons à développer une communication plus mobilisatrice et moins affolante»

«Depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19 dans le pays, l’Etat du Sénégal et son chef ont mobilisé toutes les ressources nécessaires et pris les mesures qui siéent aux circonstances. Ainsi, les bonnes performances du Sénégal, réalisées à travers les orientations et l’expertise du Comité de gestion des épidémies du Sénégal (Cnge), lui ont valu d’occuper la 2ème place du classement mondial des pays qui ont le mieux géré le Covid-19 en son temps», rappelle l’Association nationale des élus départementaux (Aned) dans un communiqué.
Avec la détérioration de la situation à cause de la troisième vague, la «panique s’est installée au sein des populations, créant toutes sortes de stipulations et de fake news qui, au final, torpillent tous les efforts consentis par les autorités dans la lutte contre le Covid-19». Par conséquent, l’Aned «appelle à un sursaut national de la part de tous : ministère de la Santé, médias, réseaux sociaux, médias publics ou privés, influenceurs, etc. Nous les invitons à développer une communication plus mobilisatrice et moins affolante, qui devra être plus focalisée sur le nombre de vaccinés qui à ce jour a atteint plus d’un million, la baisse du taux de prévalence de la maladie, le nombre de cas guéris au quotidien, plutôt que sur le nombre de décès ou de contaminations», conseille El Hadji Malick Mbaye, président de l’Aned, qui redoute «la stigmatisation du Sénégal par rapport à cette pandémie. Ce qui aurait des répercussions économiques catastrophiques pour le pays». «Pourtant, le Sénégal n’est pas plus infecté que d’autres pays africains, de l’Ouest comme du Nord, mais l’approche médiatique à ce niveau n’est pas la bonne. Certes l’heure est grave, mais le Sénégal a toujours misé sur la prévention. Le virus n’est presque plus importé, mais circule en ville, surtout dans la capitale surpeuplée», insiste l’Aned. Face à cette situation, elle «préconise la vaccination massive au sein de toutes les couches de la population. Il est à noter que le Sénégal est le premier pays africain à avoir acheté ses propres vaccins dès l’annonce de leur disponibilité en faveur du continent».

Source’: Le Quotidien

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.