ECONOMIE: Covid-19, opération sauvetage (Documentaire)

Des plans de relance en milliers de milliards de dollars pour éviter le naufrage de l’économie mondiale.

La pandémie a plongé le monde dans une crise économique qui promet d’être longue et profonde. Des millions d’individus et d’entreprises ne s’en relèveront pas, malgré les sommes astronomiques mobilisées pour sauver l’économie mondiale.

Le coronavirus fait encore environ 5000 victimes quotidiennes et l’ampleur du choc économique se précise un peu plus chaque jour. Le PIB mondial devrait reculer cette année de 6%, selon les prévisions de l’OCDE, pour autant qu’il n’y ait pas de deuxième vague. En Europe, les scénarios sont encore plus pessimistes, avec une chute de plus de 11% pour la France, l’Italie et l’Espagne et de près de 7% pour l’Allemagne.

« En termes de faillites, le pire est devant nous puisque les entreprises ont été maintenues sous respirateur artificiel par les États et les banques centrales », explique Mathilde Lemoine, cheffe économiste pour le Groupe Edmond de Rothschild et invitée de Géopolitis. Les entreprises doivent faire face à une reprise difficile de leurs activités, surtout dans les secteurs qui dépendent du public, comme dans les loisirs, l’hôtellerie ou la restauration. « C’est ce qui pèse en particulier sur les activités européennes qui sont très dépendantes du tourisme », souligne Mathilde Lemoine. Pour cette analyste, spécialiste de l’économie internationale, les plans de relance et la réactivité des banques centrales, surtout dans la zone Euro et aux Etats-Unis, ont en partie fonctionné: « cela a été extrêmement puissant. Pour autant, ce n’est pas suffisant et on va devoir soutenir la demande parce que les ménages aujourd’hui sont très prudents et ont encore peur du virus.

 » Au sommaire de l’émission:

– L’économie mondiale sous le choc du Covid-19

– Mathilde Lemoine: « Les investisseurs considèrent que la pandémie peut être circonscrite »

– La tendance à la relocalisation d’entreprises s’accélère

– Mathilde Lemoine: « En Chine, la reprise est très timide »

– L’économie africaine très durement touchée par la crise

– Krash de 1929 et Grande Dépression des années 30

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.