DIDIER RAOULT : « ON VA RENDRE TOUT LE MONDE FOU » !

Le professeur controversé estime que les restrictions sanitaires ne jouent pas de « rôle » dans le contrôle de l’épidémie. Il déplore une « société d’obèses », régie par une « émotion disproportionnée »

« On ne va pas proposer à la population de vivre entièrement cloisonnée tout le reste de l’histoire de l’humanité ! (…) C’est mieux de ne pas confiner (les gens), on va rendre tout le monde fou ! » Invité jeudi 28 janvier sur les antennes de Radio Classique, en partenariat avec Le Figaro, le professeur Didier Raoult s’est élevé contre les restrictions sanitaires actuellement débattues au sein de l’exécutif.

Didier Raoult a justifié ses paroles en expliquant ne pas « voir de synchronisation entre les décisions sociales et l’évolution de l’épidémie. » « On ne peut pas dire (que les mesures prises ont) joué un rôle dans le contrôle de l’épidémie », a-t-il déclaré. Selon les données transmises par le ministère de la Santé, le nombre de patients décédés, arrivant en réanimation ou simplement hospitalisés, a pourtant chuté durant les périodes de confinement. Le directeur de l’institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection a également estimé que les mesures gouvernementales répondaient à une « émotion disproportionnée ».

« Société d’obèses »

« Deux facteurs » expliquent les chiffres actuels, selon Didier Raoult : d’abord, « l’obésité. On vit dans une société d’obèses (…) le vrai point de lutte c’est contre l’obésité et la consommation de boisson sucrée », a insisté le professeur. Ensuite, « l’âge » : « La mortalité actuelle c’est 81 ans de moyenne d’âge. (Le Covid) ne va pas changer l’espérance de vie. » Dans son dernier rapport, l’Insee explique pourtant que la pandémie a fait perdre 0,4 an d’espérance de vie aux femmes et 0,5 an aux hommes en 2020. « Si je regarde les gens qui ont moins de 65 ans, soit ils sont morts avec le Covid et pas du Covid, soit ils avaient des facteurs de risque associés, comme des cancers métastasés », avance Didier Raoult.

Interrogé sur les variants, l’infectiologue a tenu à tacler « les gens du Conseil scientifique, issus du monde du Sida, qui doivent savoir que les virus mutent. Un virus, c’est vivant, ça s’adapte, ça essaye de se multiplier (…) C’est étonnant qu’ils aient oublié cette notion fondamentale. »

Les vaccins actuels seront-ils toujours efficaces ? « Sur le plan scientifique, il est plus dangereux de faire un vaccin sur un seul peptide que sur l’ensemble du virus (les vaccins Pfizer et Moderna ciblent la molécule Spike, qui s’accroche aux cellules de l’organisme, NDLR). Les choix qui ont été faits sont ultra-scientifiques. Ils ne sont pas empiriques. Le vaccin qui a été choisi, c’est un vaccin hypertechnique, fait dans des conditions de vélocité franchement pas usuelles », a-t-il jugé, avant de saluer « la stratégie des Chinois », qui « prennent un virus circulant et l’inactivent. »

Didier Raoult appelle finalement à laisser « les gens vivre » et à « les soigner ». « Avec le temps, on écrira l’histoire de cette maladie en disant : ’’À l’époque, ils étaient fous. Au lieu de soigner les gens, ils leur disaient de rester chez eux sans se soigner, et c’est l’une des choses les plus étranges de l’histoire des pays modernes. »

Source: Emedia

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.