Covid-19 : malgré cinq mois de confinement, le nombre de cas explose en Colombie

Alors que la Colombie est entrée en confinement le 25 mars 2020, le nombre de personnes contaminées par le nouveau coronavirus augmente de façon exponentielle depuis plusieurs semaines, de même que les décès. Des experts en santé publique interrogés par France 24 avancent différentes explications. 

Selon le ministère de la Santé colombien, plus de 541 000 cas positifs et 17 300 décès ont été recensés depuis début mars. En comparaison, le pays comptabilisait plus de 84 440 cas et 2 800 morts deux mois plus tôt. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Colombie fait désormais partie des pays enregistrant le plus grand nombre de nouveaux cas par jour. 

Cette situation peut surprendre après cinq mois de confinement, d’autant plus que les décès se comptaient encore sur les doigts de la main lors de sa mise en place à l’échelle nationale, le 25 mars 2020. Les experts en santé publique interrogés par France 24 estiment d’ailleurs que cette mesure précoce était judicieuse, sans compter que l’usage du masque s’est rapidement généralisé dans la sphère publique. Mais tous assurent que le respect strict du confinement n’a finalement duré qu’un mois, ce qui explique, en partie, l’augmentation graduelle du nombre de personnes contaminées par le Covid-19.

Secteurs économiques autorisés à fonctionner   

Dès le 27 avril, le gouvernement a ainsi autorisé la reprise des activités de l’industrie manufacturière et de la construction, des secteurs employant plus de 4 millions de personnes. Puis, de nombreux autres secteurs – faisant l’objet d’exceptions – ont rapidement pu fonctionner à leur tour. « Les autorités ont listé plus de 40 exceptions, dont une qui concerne les ‘activités professionnelles, techniques et de services' », indique Herman Bayona, président du Collège médical de Bogota : « En gros, tout est autorisé. » Résultat : les rues de la capitale grouillent de monde. 

De nombreux experts soulignent d’ailleurs le discours parfois « contradictoire » des autorités. « D’un côté, on dit aux gens de rester chez eux, mais de l’autre, il y a toutes ces exceptions, ou encore les journées sans TVA, qui avaient été décidées par le gouvernement pour que les gens aillent dans les grands magasins », poursuit Herman Bayona. Destinées à stimuler l’économie, ces journées avaient été très critiquées, puisqu’elles avaient généré des attroupements dans les commerces, le 19 juin et le 3 juillet.

D’autres « incohérences » sont également pointées du doigt, comme le fait d’envisager de réactiver certains vols nationaux, de rouvrir les restaurants ou encore les écoles, alors que le pic de la pandémie n’est pas encore atteint. « Si les gens ont l’impression que tout va bien en écoutant les autorités, il ne faut pas s’étonner s’ils sont ensuite moins vigilants », estime Carolina Corcho, vice-présidente de la Fédération médicale colombienne.

France 24

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.