CONTRIBUTION: Les sanglantes expéditions militaires de Faidherbe au Sénégal (par Khadim Ndiaye, historien)

La statue de Faidherbe doit être déboulonné impérativement. Voici qui était ce monstre qui disait: « L’infériorité des Noirs provient sans doute du volume relativement faible de leurs cerveaux « .

Janvier 1855 : Une expédition est lancée contre le village de Bokol dans le Dimar. Tout le village est brûlé.

Mars 1855 : Expédition contre les villages de Marsa et d’Oundounba. Faidherbe y envoie la « Garnison de Bakel ». Le village est brûlé. On dénombre 12 morts, 25 blessés, 22 bœufs volés ainsi que des chèvres et des ânes.

Mars 1855 : Un lieutenant de Faidherbe, M. Bargone, envoie des tirs de canons et rase le village de Bakel. La détermination de M. Bargone sera saluée par Faidherbe. Un seul endroit dans Bakel est épargné : le quartier Ndiaybé parce qu’il s’y trouvait quelques alliés fidèles du gouverneur.

5 avril 1855 : Les hommes de Faidherbe brûlent le village de Nayé, dans le Sénégal oriental. Plus de 200 personnes périssent dans les flammes. Un grand homme religieux du village est fusillé sur place.

14 juillet 1855 : Le gouverneur Faidherbe en personne fait tirer sur des villageois, des populations riveraines, près d’Orndoli dans le Damga. Le capitaine Parent, un lieutenant de Faidherbe, opère des razzias aux abords de Bakel et brûle entièrement le village de Koungueul.

18 décembre 1856 : Le village de Nguik dans le Ndiambour est pillé et brûlé par les hommes de Faidherbe. Le gouverneur dirige lui-même les opérations.

19 décembre 1856 : Le village de Ouadan et celui de Baralé sont également incendiés par les hommes de Faidherbe.

Mars 1858 : Les hommes de Faidherbe brûlent de nouveau Ouadan. Le village de Keur- Seyni-Diop est aussi incendié au cours de l’« expédition de Niomré ». Les villages de Tanim ainsi que celui de Mbirama sont également incendiés par les soldats dirigés par un homme de Faidherbe, le lieutenant Lafont. Les chroniques rapportent qu’on voyait au loin la fumée s’élever au-dessus du village de Mbirama.

Mai 1859 : Sur la route pour combattre le Sine, les hommes de Faidherbe forcent les villages à fournir de force un contingent de volontaires. L’échauffourée de Logandème contre Bour Sine Famak est lancée le 18 mai 1859. C’est une confrontation sanglante.
Faidherbe lui-même affirmera que 150 Sérères furent tués ou blessés. Il donne l’ordre de brûler Fatick et tous les villages environnants. Les imposantes colonnes de fumée poussent les rescapés à aller se réfugier dans les zones voisines.

Mars 1860 : Faidherbe envoie le commandant Laprade en Basse-Casamance punir certains villageois jugés hostiles. C’est « l’expédition de Caronne [Karone] et Thionk ».
Le village de Hilor est entièrement incendié. Un des fils du roi de Hilor est tué. Le village de Kourba est également brûlé.

5 février 1861 : En Haute-Casamance, le village de Sandiniéri est dévasté. Le capitaine Fulcrand détruit le village de Dioudoubou. Le village de Niagabar est également incendié.

12 février 1861 : Le village de Bombadiou est incendié.

Novembre 1860 : Un homme de Faidherbe, M. Parchappe, dirige une expédition violente contre les Balantes et détruit tout le village de Kouniara.

Mars 1861 : Faidherbe dirige en personne une expédition contre le Cayor. Tous les villages entre Kelle et Mékhé, au nombre de 25 sont brûlés. Des dizaines de personnes sont fusillées.

4 avril 1861 : Au village keur Ali-Mbengue, 16 hommes sont tués. Tous les villages voisins sont pillés et incendiés.

5 avril 1861 : 1 000 soldats de Faidherbe sont envoyés pour détruire tous les villages des environs de Guéoul et de Mbawor.

30 avril 1864 : 10 villages autour de Pout sont entièrement détruits.

30 décembre 1863 : L’homme de main de Faidherbe, le lieutenant-colonel Laprade passe 4 jours à punir violemment des villages dans le Baol accusés de s’opposer aux intérêts des colons.

18 juillet 1864 : Les hommes de Faidherbe détruisent tous les villages bosséyabé dans le Fouta. Près d’une quarantaine de personnes sont massacrées.

Voici l’abjecte personne célébrée à Saint Louis au Sénégal et dont la statue porte l’inscription honteuse de  » le Sénégal reconnaissant « .

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.