CHAMBRE CRIMINELLE L’agresseur et violeur du stade Ely Manel Fall écope de 20 ans de prison

Galass Thiam, l’homme qui attaquait les couples qui rôdaient au niveau du terrain de basket-ball du stade Ely Manel fall de Diourbel, a été inculpé et poursuivi de vols en réunion commis la nuit avec usage d’arme et de violences, viols, usurpation de fonction et coups et blessures volontaires. Il a été reconnu coupable et condamné à 20 ans de réclusion criminelle.

Placé sous mandat de dépôt le 19 juin 2019, Galass Thiam a été jugé, vendredi dernier, devant le tribunal de grande instance de Diourbel siégeant en chambre criminelle. A la barre, l’accusé n’a nié que les faits de viol. Il a reconnu les autres délits pour lesquels il a été jugé et condamné.

Il résulte des procès-verbaux  n°283 et 284 des 12 et 14 juin 2019 du commissariat urbain de Diourbel que, courant juin 2019, leur unité avait reçu de nombreuses plaintes et dénonciations relatives à une série de vols avec violence et de viols perpétrés non loin du stade Ely Manel Fall par un individu vêtu d’un turban de couleur noire et d’un jean sombre, chaussé d’une paire de basket de couleur blanche et armé de deux couteaux avec lesquels il réussissait à tenir en respect ses victimes.

C’est ainsi que les éléments de la brigade de recherches de ladite unité du commissariat de Diourbel ont effectué, dans la nuit du 15 au 16 juin 2019, vers 1 h, une descente sur les lieux indiqués. Là, ils ont repéré, après seulement quelques instants de planque, puis interpelé, au terme notamment d’une course-poursuite stoppée par un tir de semonce, un individu identifié plus tard sous le nom de Galass Thiam et dont l’accoutrement et la taille correspondaient parfaitement à la description et au signalement reçus. La fouille d’usage avait permis aux enquêteurs de retrouver par-devers le suspect deux couteaux et un téléphone de marque Tecno.

Une perquisition de la chambre du mis en cause avait permis de retrouver sept téléphones portables de diverses marques, une montre de couleur jaune, une veste sombre et un appareil photo numérique de couleur grise. Interpellé, le mis en cause avait déclaré avoir ramassé tous ces objets.

A la barre, Marième Sow et Moussa Lidy Guèye ont confié que, dans la nuit du 8 au 9 juin 2019, ils avaient été attaqués par Galass Thiam qui, armé de deux couteaux, les avait empoignés, puis frappés, avant de les conduire dans l’enceinte du stade, non loin de la tribune du terrain de basket, où il avait violé allègrement, à trois reprises, la jeune fille, qu’il avait installée sur le dos de son copain couché sur le ventre, à même le sol, avant de les libérer après les avoir dépouillés de leurs deux téléphones et d’une montre en métal de couleur jaune. Le certificat médical produit par Marième Sow fait état de lésions vaginales et de déchirures hyménales.

Ainsi, le procureur a requis 20 ans de réclusion criminelle. L’avocat de l’accusé, Me Serigne Diongue, a tenté de minimiser cette peine, en soutenant : ‘’Les explications fournies par l’accusé ne m’ont pas convaincu. Les faits sont plus que têtus et relèvent de l’instinct de défense. Je vous demande de revoir à la baisse la peine de 20 ans demandée par le procureur.’’

Mais il n’a pas été suivi. Galass Thiam a écopé de la peine requise.

Source: Enquête+

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.